Comment bien renégocier mon crédit ?

Comment bien renégocier mon crédit ?
Notez cet article

Conseils pour renégocier son credit immobilier

Lorsqu’on trouve que ses mensualités sont trop fortes et que les taux pratiqués actuellement sont plus bas que ceux qu’on a connu, il est possible de renégocier son crédit. Cela consiste à remplacer son crédit par un autre, à un taux moins élevé. Il est possible de le faire dans sa banque ou chez la concurrence.

Cas numéro 1 : On s’adresse à sa banque pour renégocier son crédit

La renégociation du crédit sera difficile car la banque devra gagner moins d’argent pour garder son client. Pour mener à bien ce projet, il faudra expliquer l’objet de sa démarche, à savoir la différence entre le taux du crédit possédé et le taux du marché actuel. Le but est de connaître précisément les modalités et poser le plus de questions possibles sur les points qui ne sont pas clairs. Il ne faut pas hésiter à dire que l’on s’adresse d’abord et logiquement à sa banque à laquelle on est fidèle, mais qu’on à l’intention également de voir ce que propose la concurrence. Il est également possible d’utiliser un comparateur crédit disponible sur internet.

Les taux ne font pas tout : il faudra estimer si l’opération sera vraiment intéressante car il existe des frais liés à la renégociation de crédit, que ce soit dans sa banque où chez la concurrence. Tout d’abord, il y a les indemnités de remboursement anticipé qui se calculent en plus du capital restant dû du prêt à une date donnée. La loi Scrivener les limite à un maximum légal de 3%. Ensuite, des frais de dossier pour le nouveau prêt seront à prendre en compte. Ils prendraient soit la forme d’un forfait lié à un avenant (en principe 120 euros), soit un pourcentage du montant du capital restant dû (en principe 1%, maximum 500 euros).

Cas numéro 2 : On s’adresse à la concurrence pour renégocier son crédit

Les banques accueillent à bras ouverts les nouveaux clients. Dans ce cas-ci, la technique sera de faire un nouveau crédit qui remboursera celui existant. Par contre, des frais seront à prendre en compte. Tout comme pour une renégociation de crédit dans sa banque,  il y a les indemnités de remboursement anticipé et les frais de dossier. Pour ces derniers, la banque qui accueille le demandeur peut avoir deux attitudes. La première consiste à faire un geste commercial en ne faisant pas payer les frais de dossier. La seconde attitude consiste à dire qu’ils font déjà tout pour vous faire gagner de l’argent et une gratuité en plus serait de trop.
Viennent ensuite les frais de garantie qui varient de 0% à 5% du montant emprunté. Il faut estimer avec la banque la meilleure solution. Il existe plusieurs  possibilités :

  • La reprise d’hypothèque

Cette solution est la plus chère puisqu’il va falloir retourner chez le notaire pour signer un acte de garantie hypothécaire. Un conseil : il est préférable de demander une hypothèque de deuxième rang pour éviter d’avoir en plus à payer des frais de mainlevée sur l’hypothèque du premier crédit.

  • La caution

Il est possible de donner en guise de garantie à la banque la signature d’une personne physique ou nantir un placement possédé.

  • Pas de garantie

S’il reste un montant inférieur à 30 000 euros à rembourser, il est possible de réclamer que la renégociation de crédit se fasse sans garantie.

Enfin, si les résultats ne sont concluants ni dans sa banque, ni chez la concurrence ou que les frais sont trop élevés et rendent l’opération inintéressante, il reste la solution du rachat de crédit. Le but est de contracter un nouveau crédit avec des mensualités de remboursement et un taux d’intérêt moins élevés, mais dont la durée est généralement plus longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *